La communication avec un animal que l’on connaît, de par sa complexité, requiert une pratique préalable plus poussée ; c’est pourquoi elle est davantage conseillée aux personnes qui maîtrisent déjà bien la technique, décryptage :

COMMUNIQUER AVEC UN ANIMAL QUE L’ON CONNAÎT : LES SPÉCIFICITÉS

1. Une situation plus complexe

La communication animale avec un animal que l’on connaît demande plus de pratique qu’avec un animal que l’on ne connaît pas, et ce pour une raison simple: vous avez l’impression que les informations sont forcément biaisées, de par votre connaissance de l’animal.

Ainsi, en posant une question dont on pourrait connaître la réponse:
Soit l’animal propose une réponse qui va à l’encontre de ce que l’on attendait, on a alors tendance à croire que ce n’est pas possible.
Soit l’animal propose une réponse qui correspond à ce que l’on attendait, on a alors peine à croire que cette information vient réellement de l’animal, mais plutôt de notre imagination.

Donc, quoi qu’il arrive, on a du mal à écouter et donner crédit à la réponse de l’animal, les idées préconçues étant fortes dans notre esprit.

2. Un nombre d’intermédiaires réduits

Dans une communication avec un animal que l’on connaît, la « chaîne » des intermédiaires se réduit, dans le sens où vous n’êtes plus que deux : vous, et l’animal. À priori, il y a donc beaucoup moins de risques de mal interprétation ; l’information ne passe que de l’animal à vous. Le message final a donc moins de chances d’être déformé. Néanmoins, en l’absence de tierce personne, vous ne disposez plus de cet outil de validation de la communication, et ne pouvez compter que sur vous-même.

COMMUNIQUER AVEC UN ANIMAL QUE L’ON CONNAÎT : QUELQUES CONSEILS

1. Bien se préparer

Au vu de la spécificité de ce type de configuration, il est recommandé de ne pratiquer l’expérience sur des animaux que l’on connaît qu’une fois la technique parfaitement bien maîtrisée. En effet, sans point de validation, il est nécessaire que vous soyez sûr de vous et de votre communication.
Cela passe par une phase d’apprentissage et de perfectionnement auprès des animaux que vous ne connaissez pas. Une manière de pratiquer, d’apprendre de ses erreurs, et de parfaire sa technique avant de s’essayer au « niveau supérieur ».

2. Aborder des sujets différents

Aussi difficile que cela puisse paraître, s’agissant d’un animal qui vraisemblablement vit sous votre toit et que vous connaissez par cœur, il est important d’aborder avec l’animal des sujets dont vous n’avez pas la réponse, pour justement limiter le rôle de l’imagination et sortir des difficultés évoquées précédemment. Par exemple, les réponses de certains animaux sur des sujets philosophiques pourraient bien vous surprendre de par leur qualité.

3. Aborder des sujets qui vous concernent

Vous avez des problèmes relationnels avec un ami ? Des tracas au boulot ? Demandez conseil à votre animal. Encore une fois, l’imagination ne peut pas intervenir ici pour biaiser les résultats ; et certaines réponses peuvent s’avérer étonnantes, voire très justes.

Première partie de cet article : Pourquoi communiquer avec un animal que l’on ne connaît pas ?

Réalisation : Egwene – Séverine Milo

Pin It on Pinterest

Share This