J’ai envie de partager avec vous deux études qui m’ont totalement séduite et qui sont à mon avis indispensables à tous les amoureux des chevaux. J’ai eu accès à deux études très intéressantes et instructives qui m’ont réconciliée avec l’équitation. Pour moi, équitation et bien-être des chevaux n’étaient pas du tout compatibles. J’en étais arrivée à cette conclusion par ma propre expérience qui ne s’est pas bien terminée.

Tout commença en 2000, quand j’ai acheté ma première jument Valentine qui n’était alors qu’une petite pouliche de 6 mois. Avec elle je rêvais de grandes balades dans la nature en totale harmonie et surtout qu’elle apprécie autant que moi les activités que nous pourrions avoir ensemble. Tout a pourtant très bien commencé … nous avons passé les 4-5 premières années à avoir une multitude d’activités autre que l’équitation. Nos jeux favoris étaient de jouer à cache-cache, de partir à l’aventure en pleine forêt hors des sentiers pédestres ou encore de jouer en totale liberté sur notre parcours d’obstacles. Nous étions toutes les deux en parfaite harmonie et totalement heureuses, exactement ce que je voulais.

Puis arriva le jour où j’ai commencé à la monter. Valentine me faisant totalement confiance, cette étape s’est faite tout naturellement. Au début je la montais que quelques minutes, je descendais et nous reprenions nos anciennes activités que nous adorions toutes les deux. Nous avions même un code, quand elle voulait que je descende elle me mordillait le pied. Puis progressivement, j’ai augmenté la durée passée sur son dos en tenant de moins en moins compte de notre code. Quelques minutes sur son dos ne me suffisait plus. Mais plus je passais du temps sur son dos, plus ma jument dépérissait, sans que je comprenne bien pourquoi. J’étais passée d’une jument joyeuse qui arrivait au triple galop quand je l’appelais à une jument éteinte et résignée.

Sentant que quelque chose n’allait pas, j’ai fait venir plusieurs fois le vétérinaire, l’ostéopathe, le podologue, mais au final rien ne changeait. Ma jument ne prenait toujours aucun plaisir quand je la montais. Comme je pratiquais déjà la communication animale à l’époque, je lui posais régulièrement des questions sans obtenir de véritables réponses. Pour être honnête je n’écoutais pas réellement ce qu’elle essayait de me faire comprendre. Elle répétait en boucle que je devais écouter mon coeur et jeter tout mon matériel d’équitation ce que bien évidemment je n’ai pas fait. Pour finir, j’en suis arrivée à la conclusion qu’elle n’avait rien envie de faire et que c’est pour cette raison qu’elle agissait ainsi.
A ce moment-là, je n’avais pas conscience que j’étais la seule responsable de cette situation. Sans le vouloir, j’avais détruit notre belle relation, je l’avais trahie. Mon manque de connaissance sur la « mécanique » équine m’avait joué le plus mauvais des tours.

Impuissante face à sa détresse invisible et sachant que le problème était lié à l’équitation, j’ai définitivement arrêté de la monter en 2010. Pour autant notre relation n’est jamais revenue à la normale car inconsciemment je lui en voulais d’avoir gâché mon rêve. Je vivais ça comme une injustice, un manque de gratitude à mon égard vu tout ce que j’avais fait et faisais pour elle. Je trouvais incorrecte qu’elle me refuse mon plaisir, je n’arrivais pas à lui pardonner … d’une magnifique histoire, d’une relation magique je suis passée à un contact terne et banal qui s’est terminée par notre séparation et la fin de mon rêve par la même occasion.

Depuis ce jour, je considérai l’équitation incompatible avec le bien-être des chevaux … jusqu’à ce début d’année 2017 où j’ai eu l’heureuse surprise de découvrir une étude incroyable sur la souplesse des chevaux. Laurent Fumet, l’auteur de cette étude, m’a réconcilié avec l’équitation. Son générateur de souplesse m’a permis de comprendre ce qu’il s’était passé avec ma jument et surtout j’ai découvert qu’il y a des solutions. Apprendre que l’équitation peut devenir un plaisir aussi pour le cheval, c’est une merveilleuse nouvelle. Je suis très heureuse d’avoir découvert ces études et c’est avec un énorme plaisir que je vous présente le générateur de souplesse et le générateur de calme de Laurent Fumet du blog progresser avec son cheval.

Ayant personnellement négligée la souplesse de ma jument, je peux vous dire que son étude « le générateur de souplesse » (pour en savoir plus, cliquez sur l’image ci-dessous) a été une révélation. J’ai enfin compris pourquoi ma jument agissait ainsi et j’ai surtout appris comment faire pour avoir un cheval souple. La souplesse est essentielle et indispensable pour le bien-être du cheval quelque soit la discipline pratiquée.

Dans cette étude, Laurent Fumet nous explique la nécessité d’avoir un cheval souple et il nous apprend comment l’obtenir avec des techniques toutes simples.

J’ai appris par exemple :

  • Comment avoir un cheval souple rapidement et facilement
  • L’importance et surtout les avantages d’avoir un cheval souple
  • Comment savoir si son cheval est souple

Avec le recul, je réalise combien ma Valentine était raide comme un piquet. Je n’ai jamais pensé à travailler sa souplesse. Si je j’avais eu accès à ces informations il y a quelques années, les choses auraient été bien différentes.

J’en profite également pour vous parlez d’une autre de ses études, le générateur de calme (pour en savoir plus cliquez sur l’image ci-dessous) qui est absolument géniale. Cette étude est incroyable. Si vous avez envie d’avoir un cheval calme, alors c’est ce qu’il vous faut.

J’ai découvert entre autre :

  • Comment avoir un cheval calme en toutes circonstances
  • Pourquoi il est nécessaire d’avoir un cheval calme
  • Les manifestations d’absence de calme

Personnellement je suis enchantée par ces deux études. Ca m’a permis de remettre en questions mes connaissances, acquis et expériences et maintenant je repars avec de nouvelles bases pour le bien-être de mes chevaux-poneys et pour mon plus grand bonheur. Je remercie Laurent Fumet pour son magnifique travail.
J’ai commencé immédiatement à mettre en pratique ce que j’ai appris dans ces deux études … affaire à suivre ….

Si comme pour moi, le bien-être de votre cheval est important, je vous encourage vivement à accéder à ces deux études.
Pour l’amour des chevaux et le bonheur des cavaliers,
Séverine Milo

Pin It on Pinterest

Share This